Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 16:31
Dans le bistrot, rue Florentine,
J'aimais très tôt, comme la comptine
Dit aux enfants pas toujours sages,
L'école avant, après l'image.
Dans le bistrot, toute la journée,
Y avait Raymond, y avait René
Toujours tapis devant le zinc
Contre les hippies, contre les "painks".
Rue Florentine

Dans le bistrot, rue Florentine,
J'aimais très tôt la jouer fine
En écoutant d'un air très sage
Les conversants, les maraudages.
Rue Florentine

René, Raymond, rue Florentine
Changeaient le monde devant une fine.
Raymond, René, toujours bavards,
J'aimais raisons comme le comptoir.
Et les bicots, tous des couards,
Boivent que de l'eau, même pas de pinard.
Et le tiercé, j'en ai eu qu'deux.
C'est ma tournée, patron les deux.
Rue Florentine

Une engueulade, un Armagnac
Une accolade et un Cognac
Un coup de gueule, un coup de Gueuze
Un coup de gnole, une blague honteuse
Rue Florentine

Un lourd matin où il pleuvait,
Le vieux René n'est pas venu.
Raymond pourtant a attendu
La matinée, toute la journée.
René est mort pendant la nuit
D'un rêve sans doute un peu trop fort.
Il s'est couché, maintenant il dort.
La bruine est triste sans parapluie.
Raymond est venu tous les jours.
Puis une à deux fois par semaine.
Raymond devient un peu plus sourd.
Un ciel d'orage pleut toute sa peine
Rue florentine

Dans le bistrot, petit bistrot,
J'écris un mot, un petit mot.
Sur une table, j'écris un mot.
Sur une table, un seul mot.
Dans le bistrot, rue Florentine,
J'aimais très tôt comme la comptine.
La vie c'est court, l'ennui c'est long.
Trois petits tours et puis s'en vont.
Rue Florentine
Rue Florentine
Rue Florentine
Trois petits tours et puis s'en vont.
Rue Florentine


Ce petit texte m'a été inspiré par cette photo de Gérard Lavalette

Cliquer ICI pour découvrir l'univers du photographe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christophe fétat 09/01/2008 21:14

je ne fréquente que très peu les cafés et leurs habitués mais à lire ton texte ou les volumes des aventures du Poulpe créé par Jean-Bernard Pouy j'entrevois ces amitiés parfois rudes mais belles

Almaterra 10/01/2008 06:01

Depuis que tu en parles, il va falloir que je me plonge dans les histoires du Poulpe.

gold 09/01/2008 12:20

J'imagine ce texte chanté par une artiste des années 30, avec la gouaille parigote, genre Arlety

Almaterra 10/01/2008 05:59

Je ne l'avais pas précisé mais c'est, tu l'as deviné, effectivement une chanson.

jc 08/01/2008 23:15

bien cette rue florentine
je parle de bistro dans mon dernier article

Almaterra 09/01/2008 05:53

Parfois, les grands esprits se rencontrent aussi sur le bord d'un zinc ! ;-)