Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 08:37
Ambrose Bierce disait dans son "Dictionnaire du Diable" que l'épitaphe était une inscription sur une tombe, montrant que les vertus acquises par le trépas ont un effet rétroactif. Léon Campion disait que c'était quelques vers sur beaucoup d'autres.

Je n'ai pas encore attribué de définition à ce mot définitif mais je me suis amusé à parcourir quelques sites pour y dégotter quelques épitaphes de célébrités et d'inconnus. Cet article se terminera par quelques unes de mes inventions en attendant, bien entendu, les vôtres en commentaires :


QUELQUES ÉPITAPHES DE PERSONNALITÉS (Vraies ou supposées)

"Passant, ne pleure pas ma mort. Si je vivais tu serais mort..." (Robespierre)
"Laissez-moi dormir ! J'étais fait pour ça !" (Francis Blanche)
"Je vous l'avais bien dit que j'étais malade ! "  (Groucho Marx)
"Ci-gît Allais - Sans retour." (Alphonse Allais)
"Dieu fit Selles, Dieu défit Selles, Et aux vers mit Selles." (Baron de Selles)
"Ici repose Maurice Biraud, - Qui n'a jamais eu besoin de porteur - pour son bagage intellectuel." (Maurice Biraud)


QUELQUES ÉPITAPHES D'INCONNUS (Vraies ou supposées)

"A mon mari, mort après un an de mariage. - Sa femme reconnaissante."
"Ci-gît, sous ce petit arbre, un poète sans grand renom. Nul ne se souvint de son nom, pas même le graveur sur marbre !"
"Elle passa, repassa et trépassa. (Épitaphe d'une lingère)
"Entré sans sonnet, Ci-gît un poète."
"Il rata tout ce qu'il entreprit. En voulant mourir, on dut l'enterrer vivant."
"Pour lui, - la réalité - Dépassa toujours - la diction." (Épitaphe d'un bègue)
"Toujours pas de commentaires sous ma citation ?" (Épitaphe d'un blogueur malheureux)


A MON TOUR DE MOURIR POUR DE RIRE

"Je suis mort d'une longue maladie : la vie."
"Mort ?... Mort ? Vous pouvez me rappeler la définition de ce mot, s'il vous plait ?"
"C'est seulement au seuil de la mort que j'ai regretté de ne pas m'appeler Adèle, allez savoir pourquoi !"
"Enfin un costume qui ne me grossit pas."
"Ma mort ne vaut pas de tuer des fleurs, merci !"
"C'est pas l'homme qui prend la mort, c'est la mort qui prend l'homme. Tatata !"
"Pas trop tôt ! J'étais crevé, moi !"
"Mais qu'est-ce que vous foutez là ? Y a rien à la télé ?"
"Il n'y a plus d'abonné au numéro que vous avez demandé."
"Déjà la Toussaint ?"
"Pas le temps, je suis en cours de réincarnation !"
"Veuillez par avance m'excuser de ne pas vous répondre, je suis un peu absent ces derniers temps."
"Prem's !"
"Je me repose sous vos lauriers."
"Enfin seul !"

Partager cet article

commentaires

skal 21/05/2009

un poete :
Mes vers m'ont nourris
defunt je les nourris...(elegant nooon ?)

skal 21/05/2009

un instit :
je vais enfin pouvoir conjuguer
le verbe hêtre à tous les temps

skal 21/05/2009

homme des bois :
Là ou y a du chêne
y a pas de plaichir

skal 21/05/2009

Surfeur :
j'ai longtemps glissé sur une planche
maintenant c'est fou je surfe dans 4 .

skal 21/05/2009

Frimeur :
Elle est pas belle ma caisse les gôôrs !