Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 04:53

felix-faure.jpgC'est lisant le roman policier de messieurs Giacometti et Ravenne, "Conjuration Casanova" - dont je vous conseille vivement la lecture -  que l'envie m'a pris de vous parler de l'affaire Félix Faure, président de la république française de 1895 à 1899. Si vous ne connaissez pas l'histoire, vous allez vous dire que je vais parler de politique. Si au contraire, votre culture est un épanouissement de tous les instants pour votre entourage, vous allez dire que je vais encore parler de cul. A vrai dire, un peu des deux avec, parce que je le vaux bien, un beau jeu de mot déclencheur de cet article.

Mais plantons le décor. Nous sommes le 16 février 1899. Félix Faure, donc , est président et parmi ses détracteurs se trouve Georges Clémenceau pas encore le tigre des brigades du même nom. Celui dont on dit qu'il est plus célèbre par sa mort que par sa vie, ne le sait pas encore mais il va mourir ce jour à l'âge de 58 ans à cause d'une rencontre faite deux ans plus tôt à Chamonix. Marguerite Steinheil, épouse du peintre Adolphe Steinheil, deviendra rapidement la maîtresse de l'homme d'état et le rejoindra régulièrement dans le "salon bleu" du Palais de l'Élysée et ce 16 février ne déroge pas à la règle.

Quelques minutes après son arrivée, un coup de sonnette frénétique retentit. Les domestiques accourent pour découvrir allongé sur un divan, le président se mourant tandis que son invitée à moitié dépoitraillée se réajuste. Félix Faure meurt quelques heures plus tard d'une congestion cérébrale.

Le Journal du Peuple avancera qu'il est mort d'avoir "trop sacrifié à Vénus" alors que la rue, plus canaille, précisera que c'est une fellation qui provoqua l'orgasme qui lui fut fatal. Une mort dont toute le gente masculine rêve, j'en suis certain.

Marguerite Steinheil fut depuis ce jour surnommée la Pompe Funèbre. Véridique !

Et j'en viens à cette phrase qui aurait été prononcé par Georges Clémenceau après le décès du président à la tribune de la Chambre des députés, clouant le cercueil de son rival : "Félix Faure se prenait pour César, il ne fut que Pompée."

Je ne sais pas vous mais moi, la prochaine fois que je vote, ça sera pour Georges Clémenceau !

Partager cet article

Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article

commentaires

mon nom 21/04/2010 19:18


Ah ! ben ça c'est un peu Faure !


Almaterra 01/05/2010 14:33



Bel effort !



Géhèm 21/04/2010 16:25


J'ajouterai qu'à l'occasion des funérailles (le 23 février), sur le parcours de Notre-Dame au Père-Lachaise,un badaud s'écria au passage des maîtres de la Sorbonne,en robes jaunes:"Tiens,voilà les
cocus". A quoi le recteur Gérard répondit:"Ce n'est qu'une délégation".
Plus méchamment, le directeur de L'aurore déclara:"En entrant dans le néant,il a dû se sentir chez lui."


Almaterra 21/04/2010 16:39



Quand la petite mort devient grande, les langues perverses se délient !



OH ! OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! 20/04/2010 20:58


C'est l'épectase.


Almaterra 21/04/2010 16:36



Bien placé !



Tristan 19/04/2010 12:00


Un Président casse sa pipe et c'est tout le peuple qui est ébranlé...


Almaterra 21/04/2010 16:36



Joli !



Beïla 19/04/2010 09:35


On dit aussi que le médecin appelé au chevet du Président demanda au majordome : "A-t-il toujours sa connaissance ?" A quoi le majordome aurait répondu : "Non, elle est sortie par la porte de
derrière"...!


Almaterra 21/04/2010 16:36



J'avais lu, effectivement, cette anecdote. Merci à toi de l'avoir portée à l'intention du lecteur.