Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 04:34

slam2.jpgJe me permets, en préambule de mon explication à cette question existentielle, de pomper une grande partie d'un article du corbiblog (complet à partir de ce lien) qui a été le déclencheur d'un mail que j'ai envoyé à François Corbier et que je partage avec vous un peu plus bas.

"J’allais attaquer la quatrième chanson, « Pour Dieu » qui n’est pas ce que je fais de plus comique… lorsque surgit un type en slip qui se met devant moi en s’appliquant à faire tomber son bénard face la foule… Bien sûr, je m’arrête de chanter et j’attends que le gugusse ait terminé ses singeries pour reprendre mon boulot. En fait son exposition ne dure pas et d’ailleurs elle ne fait rire personne, sauf une demoiselle qui découvrant la taille ridicule du « monsieur » du monsieur s’est rappelé qu’il en existait de plus spectaculaires… puis, va savoir pourquoi, voilà que notre exhibitionniste, sans doute fan de Cali plonge dans la foule !

Là je fais un aparté car, un coup, on me dit que cette figure de style qui consiste à faire de la marée humaine un équivalent nautique s’appelle un slam, et le coup suivant on m’affirme qu’il s’agit d’un pogo ! Amis spécialistes du plongeon dans la foule mouvante, vous voudrez bien choisir le mot qui correspond à la figure décrite et me signaler son nom, je vous en remercie. Fin d’aparté.

Voilà que notre garnement nu comme un ver, plonge dans la foule. J’ai déjà vu des chanteurs faire ça, c’est assez ridicule et je me demande combien de personnes auraient été écrasées par Dario Moreno s’il avait pratiqué cet art à l’époque de sa splendeur ?... Lorsque 120 kilos de viande vous déboulent avec élan sur le râble, ça doit faire un curieux effet… Bon bref, le jeune homme au slip en peau de fesses plonge dans la foule, laquelle, pas très au courant de l’attitude à observer en pareil cas s’écarte, et notre ami découvre à ses dépens que Newton et sa loi de la pesanteur c’est pas du pipeau et qu’il est préférable lorsqu’on désire vérifier celle du vieil Archimède, de plonger dans l’eau d’un bassin plutôt que sur la dalle de béton d’un hangar ! Souvent des jeunes en âge scolaire se demandent à quoi peuvent bien leur servir d’apprendre toutes ces lois… en me lisant avec un minimum d’attention ils le sauront !

Le jeune homme ne s’est pas envolé. Il est tombé. Lourdement. Pitoyablement ! Vous ne me croirez pas si je vous dis que le bruit de la rencontre du crâne du plongeur en mouvement avec le sol du béton fixe s’est avéré être d’une grande pureté, et vous aurez raison ! Ce fut moche. Très moche. Un sale bruit sourd. Terne. Qui a pourtant résonné, et le nageur ne s’est pas relevé. Il est resté là pendant quelques minutes, entouré de personnes silencieuses, puis, le Samu est arrivé et l’a emporté. J’ai repris ma guitare et j’ai fini le boulot.

Je n’ai pas aimé cette histoire et j’espère qu’elle ne se reproduira pas, mais si ça le devait, je préférerais que les programmateurs locaux aient l’amabilité de prévoir une scène moins haute. Genre vingt centimètres au dessus du sol. Je présume qu’alors, si un athlète décide de plonger par dessus la tête des spectateurs et que ceux-ci s’écartent pendant son envol, le « nageur de foule » aura le temps de se rétablir et qu’à l’imitation de notre Seigneur Jésus-Christ, il se contentera de marcher sur les flots.

Ce qui, on voudra bien en convenir, est nettement plus rigolo que s’écraser comme une merde !"


Et donc, afin de ne pas laisser mon François dans l'ignorance, je me suis fendu du mail que voici :

Ça fait un petit moment que je ne t'ai pas écrit mais quand on n'a pas grand chose à dire, y a rien de mieux que le silence pour s'exprimer. Je vois, de temps en temps, une fan qui t'écris sur ton Facebook juste pour te dire bonjour et t'envoyer des bisous. Certes l'attention est charmante mais je ne suis pas de ceux qui délayeront pendant des plombes sur la météo ou la dernière robe du pape. C'est sans doute pour ça que je me suis acheté une tondeuse, de peur d'avoir à mettre les pieds, la tête et ce qui se trouve entre les deux chez un coiffeur qui se sent l'obligation de faire la conversation entre deux souffleries sauvages de sèche-cheveux.

Je voulais juste t'apporter réponse à une question primordiale soulevée lors d'un de tes derniers récits du Corbiblog, à savoir si s'envoler gracieusement sur des mains tripoteuses lors d'un concert, c'est, non pas du lard ou du cochon mais, du slam ou du pogo. Le pogo - qui n'est plus à la mode depuis qu'on écoute Europe 1 sur la FM - est une danse punkisante qui consiste à sauter et se bousculer aux rythmes d'une musique énervée. Elle tire son nom, nous apprend Wikipédia, du "pogo stick", ce fameux jouet à ressort qui permet de sauter verticalement et aurait été inventée par Sid Vicious, bassiste overdosé des Sex Pistols, lors des concerts du groupe et les fans l'auraient imité.

En tant que bassiste, il pratiquait sans doute le slap, frappant de coups secs et rapides les cordes de son instrument avec le pouce. Mais il ne pratiquait pas le slam qui, c'est vrai, est une variante du pogo qu'on nomme aussi "crowd surfing" ou de façon plus explicite "body surf", l'art de sauter d'une scène sur la foule pour surfer allonger sur le public. Encore faut-il que les spectateurs jouent le jeu. Autant ils seront open pour tripoter les fesses de la belle choriste ou toucher leur chanteur préféré et lui découvrir la religion autant ils ne seront peut-être pas d'accord pour supporter le poids de n'importe quel glandu puant la bière au risque de se voir vomir dessus pendant le transport. Dans ce dernier cas, ils déclineront collégialement et poliment l'invitation ,faisant un pas en arrière de peur d'être éclaboussé par l'individu que le speed-dating avec le béton rendra quelque peu circonspect mais assurément giclant. Ce n'est pas un hasard si on appel également "slam" une chute violente en skateboard.

L'individu meurtri devant tant d'incompréhension se remettra de ses blessures en écrivant dans sa chambre d'hôpital de longs textes poignants qu'il interprétera sur scène tranquillement derrière sa canne sous le pseudonyme de "Grand corps malade". Ça s'appelle du slam.

Partager cet article

Repost 0

commentaires