Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 04:05

17098815.jpgCela vous est-il déjà arrivé de vous prendre le contenu d'une flaque d'eau dans la figure par la magie d'un automobiliste qui ne sait ni lire les panneaux de limitation de vitesse ni se contenter de la route pour flirter avec le caniveau et pourtant conserver un sourire radieux qui, par la force de votre optimisme, évapore les sillons boueux dessinant sur votre visage angélique des figures faisant passer le guitariste de Kiss pour un bisounours sous opiacés ? Non ? Et bien moi, si ! Et pas plus tard que cette semaine.

Comme toutes les bonnes semaines, celle-ci commence un  samedi. Samedi dernier. Le matin même je ne savais pas, versatilité météorologique oblige, si j'allais me rendre à saint Chef, la patrie du regretté Frédéric Dard, pour découvrir le salon sang pour sang polar. Mal m'aurait pris de ne pas y faire un tour puisse que j'y ai passé une journée magnifique, entouré d'auteurs que je connaissais ou que je découvrais. Je souhaitais surtout revoir Aurélien Molas dont j'avais fait la connaissance un mois plus tôt lors de la manifestation Quais du Polar. Entre temps j'avais lu son bouquin "La onzième plaie" qui fut un véritable choc et je voulais lui dire de visu tout le bien que je pensais de ce premier roman qui est un coup de maître. Moralité, on a quasiment passé la journée ensemble et c'est avec plaisir que j'ai fait un foin du tonnerre quand mon gars Aurélien a reçu le 1er prix du salon. Le tout s'en est suivi d'un étonnant  repas. De biens belles rencontres et un retour à mes pénates avec encore plus de livres à lire.

L'impossible Dictionnaire se décline en blog (vous êtes ici !) et en site mais pour l'heure aucune version papier n'est disponible. Sauf que fin de l'année dernière le Dictionnaire des verbes qui manquent est sorti en librairie avec quelques morceaux de bravoure de mon cru. Dimanche, j'ai signé pour la prochaine version qui verra le jour en fin d'année. Je passe de 3 à 6 participations. En ces temps de crise une augmentation de 100% est un miracle qu'il faut savoir apprécier à sa juste valeur.

Rendez-vous manqué mais appétence encourageante. Je me rends régulièrement sur le site de François Corbier pour me sustenter au goulot de son Corbiblog. C'est qu'il écrit bigrement bien, le bougre. J'aime sa façon de narrer des scènes de la vie de tous les jours, sa manière de faire montre de son agacement ou de sa tendresse, parfois en même temps, et son inénarrable recul vis à vis de sa célébrité d'antan. Début mai dernier, j'y lis ceci :

"Là je fais un aparté car, un coup, on me dit que cette figure de style qui consiste à faire de la marée humaine un équivalent nautique s’appelle un slam, et le coup suivant on m’affirme qu’il s’agit d’un pogo ! Amis spécialistes du plongeon dans la foule mouvante, vous voudrez bien choisir le mot qui correspond à la figure décrite et me signaler son nom, je vous en remercie. Fin d’aparté. "

Aussitôt, je me fends d'un beau mail explicatif pour que notre barbu préféré sache désormais différencier un pogo d'un slam. Dans la foulée je reçois cette réponse :

"Salut mon grand. Je vais d'une part te remercier pour cette longue explication et dans un second temps certainement la mettre en ligne dans le Corbiblog. 

Tu es épatant et je te remercie mon grand.

Bonnes fêtes

Corbier. "


Il est prévu que la mise en ligne se fasse le 15 juin, avant-hier donc. Et rendez-vous manqué, donc derechef. L'a oublié sa promesse le Corbier. "J'ai zappé le truc sur le Slam et le Pogo ! Bon ben ce sera pour une autre fois .. Honte sur moi. Je suis rouge de confusion." m'a-t-il écrit. Bon, c'est pas bien grave. Le fait qu'il ait, à un moment, dans la précipitation, eu l'envie de mettre ma prose à côté de la sienne me suffit. Et le fait de partager ce moment avec vous gateaucerise (du verbe gateauceriser que je vais me dépêcher de proposer au dictionnaire des verbes qui manquent pour la version 2011). Et puis, de toute façon, je partagerai avec vous le mail en question dans quelques jours.

En fait j'aurai dû commencer avec ce qui suit parce que j'en connais plein qui sont venus sur cette page et qui n'ont pas eu le courage de lire l'article jusqu'ici, tant l'habitude du court est solide en ces lieux. L'impossible Dictionnaire a connu lundi son premier article de presse. Et comme nul n'est prophète en son pays, c'est un journal suisse qui s'y est collé, 24 heures. Ça fait tout drôle. Bon, bien sûr j'étais au courant puisque j'avais répondu à une interview fin mai mais (au fait, c'est quand la fête des grands-mères ? Je ne sais pas pourquoi je me pose cette question à cet instant précis de l'article mais bon...) de le lire (si peu de lignes pour autant de réponses argumentées mais il me semble que c'est la loi du genre) ça le fait, quoi !

A savoir que quelques jours plus tôt, la même journaliste faisait, en préambule, référence à quelques unes des définitions de l'impossible Dictionnaire.

La semaine n'étant pas fini, il ne m'étonnerait guerre que l'impossible Dictionnaire soit numéro un des ventes, auréolé de son prix Goncourt exceptionnel juste le jour où mon futur éditeur gagnerait son procès contre l'ancien, récupérant ainsi les droits pour une série télé alors que la version papier n'existe même pas, une première mondiale que Barack Obama saluerait lors d'un mémorable discours qui remplacerait dans les pages d'histoire celui de Martin Luther King. Euh... je crois que j'ai fait un rêve, là. Faudrait peut-être que j'arrête les champignons, moi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article

commentaires