Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 05:23
Un poisson pas né,
A-t-il une Mer ?

Si je raconte des cracks à un poisson anglais,
Est-ce que je mens fish ?

Quelle différence entre une andouille au poisson
Et un sot à la perche ?

On sait que le tsar dîne à l’huile,
Mais pour boire, est-ce qu’il alevin ?

Pourquoi parle-t-on des petits poissons rouges,
Alors que les petits pois sont verts ?

Doit-on dire que Delerm est mieux que Gavalda,
Ou qu’elle est pire anna ?

Dire d’un poisson qu’il est banal,
Est-ce un lieu commun ?

Questions de Tristan

Repost 0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 05:57
Les vieux, ça meurt plus lentement que les jeunes.
Repost 0
Published by Almaterra - dans Les Almateurismes
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 05:32
- MORT-OSE : Suicide.

- ZOMBISOUNOURS : Peluche pour mort-nés.

- SUISSE-IDÉE : Personne qui trop idéalise un monde parfait.
Repost 0
3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 09:32
L'ÉTROIT PTIT COCHON : Porc hybride élevé par les anglais pour la finesse de son bacon.

Repost 0
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 11:54
- CAP-AUX-RÂLES : Va-t-en-guerre qui en est resté à l'âge des casernes.


- MOT ROSE : Petit billet doux pouvant contenir des épines.


- SERRE-GENS : Pour contenir les mouvements de foule.


- ORGUE-ASTHME : Fin de la soufflerie dans le tuyau.

Définition de Carabin

- SEMI-REMORQUE : Demi camion pour petit routier.

- OPTICIEN ÉBENISTE : Artisant qui fabrique des lunettes de wc.

Repost 0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 11:42
Jouer avec les mots, les triturer dans tous les sens, propre et figuré, au son ou à l'écrit, amuse depuis toujours l'être sans réelle culture que vit dans mes habits. Ca donne le sentiment de maîtriser une langue qui, sans cet exercice, serait maltraiterai à grands coups d'approximations assassines.

Après ce petit travail sur soi, inévitable en ce 1er mai, j'aimerai que nous jouions dans un registre plus poétique qu'à nos habitudes en mélant harmonieusement le masculin et le féminin. Comme je sens bien que je ne suis pas très clair, et avant de vous laisser le commentaire, je vous propose de vous inspirer de ces quelques exemples :

A chaque fois que j’ai le spleen,
c’est toujours elle qui se plaint.

Elle mange des mandarines
En me traitant de mandarin.

Il ne lui reste plus qu’à sonner le tocsin
De son amour si elle joue, nocive, les toxines.

Triste et désabusé, il se prétend bourrin
Quand derrière la porte fermée elle tambourine.

A vous de jouer !
Repost 0
Published by Almaterra - dans Le difficultexte
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 05:44
Quand je paranoïaque, je réalise toujours trop tard que je reviens de loin.
Repost 0
Published by Almaterra - dans Les Almateurismes
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 05:39
Francis Blanche, en son temps, a répondu "C'est en sciant que Léonard devint scie". 

Sublime !

Sans atteindre, mais sait-on jamais,  la qualité du jeu de mot du compère de Pierre Dac, peut-être pourrions-nous jouer avec ce principe. Laissez-moi commencer :

C'est en se mouchant qu'on fait peur aux moucherons.
C'est en l'aidant que l'on devient laideron.
C'est en la virant que devient aviron.
C'est en buchant qu'on devient bucheron.
C'est en se maquant qu'on mange des macarons.
C'est en mourant qu'on fait faire du mouron.
C'est en poussant que les poux s'en iront.
C'est en s'amusant que la journée devint quatre heure.
C'est en nappant qu'on en met plein le napperon.

C'est maintenant à vous de jouer !
Repost 0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 07:47
- MARE A THON(S) : Piscine réservée aux boudins.

Définition de Georges Poize

- MARE TEAU : Flaque de flotte qui rend dingue.


- MARE ATRE : Belle-mère qui transpire au coin du feu.

- MARE Y TIME : Genre de clepsydre qui fuit.


- MARE-ASTHME : Marre de cette situation étouffante.

Définition de Ventoline

- MARAT-THON : Poisson alpiniste à sang chaud, premier de corday, nageant en baignoire.

Définition de Carabin

- MARE IHUANA : Plan d'eau stupéfiant (de beauté).


- MARE PAVÉE : La mare pavée a été construite à force d'esprit critique et de bonne intention pour lutter contre les grenouilles de bénitier.

Repost 0
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 07:47
En son temps, s'ébrouaient tendrement dans les hautes herbes de nos jeux de mots touffus des dictons, impossibles il va de soi, dont la déstructuration flattait nos zygomatiques heureux de se tendre et se détendre au gré du vent talentueux dont vous fîtes preuve. J'en veux pour preuve ces quelques exemples :

"l'envers épatait de bonnes intentions" (de Christophe Fétat)

"A tout saigneur, tout horreur" (de Gold)

"Le mieux est l'ennemi du rien"

"Rien ne sert de mourir, il faut partir à point"

"Il n'est pire lourd que celui ne veut pas entendre" (c'est trois derniers étant du prolixe Tristan)

La vitesse à laquelle ces expressions d'un nouveau genre étaient envoyés en commentaire était tout bonnement hallucinantes. Je postais de précédentes propositions et en deux coups de cuiller à pot, dans une fulgurance d'humour et de talent, les déconnades expressives s'empilaient en une tour de gaité avec rires et sourires à tous les étages.

L'humour y gagnait ce que la pédagogie y perdait car autant l'impossible dictionnaire (non néologique) essaye d'allier la vraie définition à de petites bêtises, histoire de faire d'une pierre deux coups, autant l'impossible dicton s'appropriait des expressions, dictons et maximes sans en expliquer la signification ou l'origine.

Pour réparer cet "oubli", j'aimerai, aujourd'hui, vous faire découvrir un site plutôt exceptionnel qui a réussi à allier découverte, connaissance et humour en expliquant l'origine des expressions : www.expressio.fr.

Prenons au hasard une expression qui vient d'être utiliser, "En deux coups de cuiller à pot", et découvrons ce que nous en dit le site :

"Cette expression semble apparaître juste avant la guerre de 14-18.

La cuiller à pot n'est jamais qu'une grosse louche qui, en raison de sa taille, permet de vider rapidement un récipient ou de servir vite fait de grandes louchées de nourriture.

C'est de là que viendrait la notion de rapidité associée à notre locution qui serait née dans le milieu militaire ou carcéral (le service rapide du rata des bidasses ou des prisonniers).

L'absence de difficulté sous-entend parfois l'intervention d'un facteur chance, qu'on retrouve aussi dans "avoir du pot".

Une autre origine quelquefois proposée viendrait de la marine à voile, la cuiller à pot étant un sabre d'abordage muni d'une coquille en forme de cuiller destinée à protéger la main.

Ce sabre, comme toute arme du même type, permettait de régler très facilement un problème en en assénant un ou deux coups en travers de la tête de l'importun.

Cette origine est toutefois passée sous silence par Alain Rey et rejetée par Claude Duneton.

Enfin, une troisième hypothèse existe, aussi historique que douteuse, même si elle plus savoureuse.

Elle nous viendrait d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre, dont le château se situait à Pau. Alors qu'il était retenu loin de la reine Jeanne d'Albret, celle-ci donna naissance à un beau bébé qui allait devenir le futur Henri IV.

Prévenu de l'heureux événement, le roi annonça la bonne nouvelle à ses courtisans en disant : Messieurs, la reine nous a donné un petit prince en deux coup de cul hier à Pau."

Succulent, non ?
Repost 0
Published by Almaterra - dans L'impossible dicton
commenter cet article