Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 04:54
- PAPYGNON : Grand-père volage et bagarreur.

- MÈRE-CURE-AU-CHROME : Maman qui guérit les bleus avec du rouge. Et quand les larmes font place au rayonnant sourire, le visage de son enfant lui déclenche un arc-en-ciel au cœur.

- PÈRE-MUTE : Géniteur devenu taciturne à la suite de la naissance de son enfant.
Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 04:53
Vaut-il mieux être seul que mal accompagné par son égo ?
Repost 0
Published by Almaterra - dans Les Almateurismes
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 04:51
- CHAT-TRAIT : Félin si maigre qu'on se demande ce qui lui reste.

- CE-POU-TE-NIQUE : Petit insecte qui ne manque pas de tenter sa chance au grattage même si sa victime préfère qu'il accède directement à sa chance au tirage... en orbite.

- MOT-ANNEAUX : Perroquet champion olympique de bavardage.
Repost 0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 04:20
"Les Français se masturbent plus souvent qu'ils ne se lavent les dents, car ils n'ont pas toujours une brosse à dents sous la main."
Repost 0
Published by Almaterra - dans La phrase du jour
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 04:16
"Toute révolution devrait commencer par une réforme du dictionnaire."
Repost 0
Published by Almaterra - dans La phrase du jour
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 04:11
Déjeuner sur l'herbe sous un saule fleuri
Simple beurre-jambon assis sur ma veste
La nature est superbe sans souiller le tapis
Les bagnoles s'en vont, et les débris restent
Repost 0
Published by Almaterra - dans Quatre vers
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 04:45
- TROC, TROC, TROC : Je t'échange une porte contre une fenêtre.
- PISTE RECYCLABLE : Uniquement pour tri-cycle.

Définitions de Joron

- RHÉOSTALINIEN : Régulateur de la pensée du (mal)parti.



- DÉ-GOÛTANT : Protection appliquée sur les doigts lorsque l'on veut goûter un plat trop acide.
- BARAGOUIN : Établissement où l'alcool et les paroles coulent à flot.
- PARC À THÈME : Parc réservé aux traducteurs.


- PAON DE MUR : Volatile à la queue superbe vivant sur les murs.
- VENT PIRE : Flatulence fort malodorante d'un revenant.

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 04:27
- PARISSIDE : Acte de tuer une capitale.

- PARICIDE : Acte de tuer un bookmaker.

- PESTICIDE : Acte de lachipider.
Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 04:23
Si par maladresse, j'écris, un jour, un roman de qualité, en place de Goncourt, j'aimerai qu'il soit proposé à un bon prix.
Repost 0
Published by Almaterra - dans Les Almateurismes
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 04:37
Je porte en moi le projet de l'Impossible Dictionnaire depuis plus de 20 ans. Au départ, un cahier à gros carreaux se remplissait uniquement de définitions de mots commençant par "A". C'est que je suivais l'ordre du vrai dictionnaire et je m'arrêtais sur les mots qui m'ouvraient l'appétit, je les mâchais, les mastiquais et les recrachais avec des définitions nouvelles tantôt rigolotes, ou supposée comme telles, tantôt poétiques. L'achat d'un ordinateur m'a permis de troquer le cahier contre les disquettes. Puis le soc s'est ramolli dans le sillon. J'ai perdu le goût quand il a fallu investir du temps pour gagner une vie qui me semblait acquise pourtant depuis ma plus tendre enfance.

Comme je l'ai écrit dans le tout premier article de ce blog : "En vieillissant, je me suis senti impropre aux mots. Par baisse de régime ou par excès de réalisme, la plume m'est tombée de l'esprit et le pays de mon âme s'est retrouvé orphelin d'encre."

C'est pas carrément la classe de s'auto-citer ?

Le net, les blogs, l'ouverture d'un carton remplies de vieilles disquettes et l'envie est revenue.

C'est à cette époque que la ligne éditoriale du dico a changé. Au départ, les mots étaient de vrais mots du dictionnaire et je ventdefolais les définitions. Un concours de néologismes fut le déclencheur d'une vision différente et élargie du projet. J'allais également inventer des mots. L'an dernier, uniquement sur le site de l'impossible dictionnaire, j'ai ouvert une nouvelle voie, celle des locutions latines que je reprendrais, peut-être un jour, sur ce blog.

L'envie de lire m'a quitté pratiquement en même temps que l'envie d'écrire mais elle est revenue un peu plus tard. J'écris au super mais je lis au gasoil.

Quelques membres de ma famille avait eu les faveurs de quelques unes de mes définitions mais c'est le blog qui m'a donné l'occasion de partager pour la première fois mes mots, à visage caché et à confortable pseudonyme. Aujourd'hui encore, je ne sais pas ce que je vaux (ça s'écrit comme ça vaux ?), si mes petites bêtises sont drôles ou affligeantes, si je passe pour un gros con ou pour un habile jongleur de mots. Sans doute, la vérité se situe-t-elle entre ces deux extrêmes, comme toujours.

Le fait d'avoir eu, d'avoir toujours j'espère, des lecteurs réguliers a positionné l'aiguille de mon doutomètre vers la fierté plutôt que la honte. Mais c'est pas encore gagné. Les jours avancent, l'amplitude de l'aiguille s'amenuise mais elle a une foutue tendance à être aimantée par le doute.

Il y a quelques mois, j'ai eu les honneurs du "Dictionnaire des verbes qui manquent" qui, passant de blog à livre papier, a choisi quelques unes de mes contributions à leur site pour les coucher d'encre. Mon pyrrhonisme connût son printemps en hiver, fondant comme neige au soleil. Je tiens ici à remercier mon dictionnaire des synonymes qui m'a permis de placer dans ce texte un mot dont je ne soupçonnais pas l'existence à l'ouverture de l'article.

Depuis, je suis la vie de ce petit livre. Pas de nouvelles directes des fondateurs du dico mais je passe régulièrement sur le site, je suis abonné à la page Facebook, etc.

La semaine dernière, j'ai découvert avec joie qu'un entretien d'une vingtaine de minutes était consacré à l'objet par une émission de RFO Réunion (visionnable en entier ici), l'idée originale du DDVQM provenant de cette île magnifique.

Présentation, exemplage, et puis est cité un "quelqu'un" qui a dit sur son blog : "Le 29 mars dernier, je vous faisais part de ma participation sporadique - 80 définitions quand même - à un site qui avait eu la bonne idée, quelques semaines plus tôt, de se lancer dans une grande opération de néologisation des verbes. Un dictionnaire, des mots et des définitions à inventer et vous croyez que j'allais résister ?" (le reste de l'article est ici)

Je reconnais mes mots. Bon, c'est juste un début d'article, rien d'original, rien de drôle, de pertinent ou d'intelligent mais ce sont mes mots. Je crois que c'est la première fois que j'entends quelqu'un que je ne connais pas me citer. Et à la télévision, en plus !

Bon, alors, oui j'ai eu le petit sourire que j'ai voulu tout de suite réprimer, par habitude, même si personne ne m'observait ; oui j'ai senti une vague de fierté que j'espère bien placé me monter aux joues puis aux yeux ; oui j'ai appelé ma petite famille pour leur faire écouter un par un le passage en question.

Sauf que... quand David, l'interviewé au bien joli prénom, a repris la parole, c'est pour me confondre avec quelqu'un d'autre. Un sentiment mitigé m'a assailli. Mon "talent" euphorisait pendant que mon ego se caressait un genou écorché.

Sans prétendre au statut de Caliméro en chef, je me suis quand même attelé à un petit montage des meilleurs passages de l'entretien que j'ai agrémenté, le moment venu, d'une chtite explication afin de rectifier la bévue.


Le dictionnaire des verbes qui manquent
envoyé par ameland. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.
Repost 0