Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 17:23
Toutes les bonnes choses ont une fin. Cette sixième session de l'impossible dictorsion est donc la dernière. Nous terminons honorablement malgré l'hécatombe des visites inhérentes aux vacances des uns et des autres avec un total de 131 propositions pour 9 participants.

Avant l'annonce des résultats, j'aimerai donner un triple coup de chapeau à Carabin non seulement pour sa participation assidue depuis le début du jeu, pour sa participation exceptionnelle à cette dernière avec 99 dictorsions mais aussi, et avant tout, pour le tour de force qu'il décrit lui-même comme "une double boucle piquée, tant pis je me ramasse la gueule, et, si j'y parviens, je me mettrai au triple saut carpé tête renversée avec quadruple axel et quintuple lutz pirouette cambrée (j'ai un casque pas de danger)" consistant à mélanger le dernier dicton à quelques uns des précédents ce qui a donné ceci :

L'habit ne fait pas le moine + la nuit tous les chats sont gris :
L'habit de nuit que ne défait pas le chanoine est tout gris

Hon(n)i soit qui mal y pense + la nuit tous les chats sont gris:
Annie, à ta chatte soyeuse le mâle pense toute sa grise nuit

On a souvent besoin d'un plus petit que soi + la nuit tous les chats sont gris :
La nuit on a plus souvent besoin d'un chat à soi que d'un petit gris

Il est temps maintenant de décerner les 7 derniers "comm en terre", la récompense virtuelle de l'impossible dictorsion :

LaetitiaP :          L'envie court l'espoir et s'enfuit.
Ff :                      La nuit tous les Saxons grease.
Carabin :             L'ennuie c'est que tu chies au lit.
Carabin :             Avec ma hernie tous les entrechats me sont interdits.
Carabin :             Inouï, toutes les chattes ont jouit.
Carabin :             La nuit tous les achats sont gratuits.
Carabin :             Johnny, dans toutes ses chansons crie.


Dans quelques jours, je vous proposerai un nouveau jeu qui, je l'espère, rencontrera autant de succès que l'impossible dictorsion qui reviendra peut-être faire un tour par ici un de ces quatre. Vous le savez, comme son nom ne l'indique pas, rien n'est impossible dans ce dictionnaire.
Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 17:52
Il vous reste jusqu'à ce soir minuit pour participer à la dernière session de "l'impossible dictorsion" => ICI.

Bien que la nuit tous les chats soient gris, ils retrouvent leurs couleurs d'origine dès potron-minet. N'ayant pas d'autres chats ni de crème à fouetter, je me suis retrouvé devant un point d'interrogation dont la boucle ressemblait justement à la queue d'un greffier et le point à un… mais passons sur ce détail qui n'a que peu d'importance. Devant le point d'interrogation se trouvait comme il se doit une question interrogeant sur la nature de cette expression. C'est vrai, ça, pourquoi dit-on que la nuit tous les chats sont gris ?

Je mis à profit la nuit pour lancer ma recherche habituelle de l'origine de l'expression. Sans succès,  je tentais l'approche scientifique grâce à Philippe Boeuf nous apprenant que la rétine du fond de notre oeil est un capteur de lumière tapissée de deux types de cellules : les cônes qui fonctionnent en forte luminosité et distinguant les couleurs , et les bâtonnets qui eux sont sensibles aux faibles luminosités, sans toutefois permettre de discerner les couleurs. Et donc, la nuit, alors que seuls nos bâtonnets sont actifs, notre vision est en noir et blanc et les chats sont tous grisâtres.

Cependant, les belles lettres me contaient une toute autre histoire : "Ce soir, attendu si impatiemment par Porthos et par d'Artagnan, arriva enfin. D'Artagnan, comme d'habitude, se présenta vers les neuf heures chez Milady. Il la trouva d'une humeur charmante ; jamais elle ne l'avait si bien reçu. Notre Gascon vit du premier coup d'œil que son billet avait été remis, et ce billet faisait son effet." Il s'agissait là du premier paragraphe du chapitre XXXV des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas qui s'intitule… "La nuit, tous les chats sont gris". (la suite...)

Pour me redonner du courage, je commençais à chantonner une ritournelle dont musique et paroles avaient comme auteur Aristide Bruant :

"La nuit tous les chats sont gris,
Dansons la ronde !
La nuit tous les chats sont gris,
Dansons la ronde !
Faisons le tour de Paris,
De Montmartre à Mont-Souris.

Dansons la ronde
Des marmites de Paris,
Ohé ! Les souris !
Les rongeuses de monde !
Faisons sauter avec nous
Nos michets et nos marlous.
Dansons la ronde !
Paris est à nous !

Nous consolons les cocus,
Dansons la ronde !
Nous consolons les cocus,
Dansons la ronde !
En tous temps on les a vus
Nous apporter leurs écus."

(la suite)

Mais si la nuit tous les chats sont gris, tous les chanteurs, bons ou mauvais, sont priés de fermer leur gueule. Et c'est en silence que je continuais mes recherches vers d'autres horizons pour m'envoler vers l'Allemagne (in der Nacht sind alle Katzen grau), l'Angleterre (all cats are grey in the dark), le Portugal (à noite, todos os gatos são pardos) et revenir en France en passant par l'Espagne (de noche todos los gatos son pardos).

Je faillis prendre la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin mais il était trop tard. Le soleil pointait le bout de son nez, tout comme mon chat qui miaulait à la porte de la cuisine. Il n'était plus gris et j'avais perdu mon pari. Je savais juste que dans l’obscurité, les différences entre les gens ou les choses s’effacent. Un vieux rêve de noctambule.

Il était temps de me coucher. Juste un peu avant de plonger dans un sommeil réparateur où très certainement le miaulement ne serait pas absent, je me dis que cette expression avait un point faible, le chat noir qui avait croisé sa route. Parce que, entre le crépuscule et l'aube, tous les chats noirs sont invisibles. Mes ronflements finirent par faire ressortir mon chat qui se dit que la vie d'homme était vraiment plus agréable que la sienne. Si il savait…
Repost 0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 05:18
"La nuit tous les chats sont gris."

C'est la sixième et dernière session du jeu le plus "tu me fais tourner la tête" depuis la mort d'Edith Piaf.

La dernière parce qu'il ne faut pas abuser des bonnes choses et qu'il vaut mieux se quitter avant de se lasser.

J'espère que pour cette dernière nous batterons des records de quantité - ce qui est tout à fait possible - et de qualité - mais la barre est déjà haute. Pour cela, vous avez jusqu'à samedi à 23H59.

A vos dictorsions !

PS : Explications et règles du jeu => ICI
Repost 0
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 17:01
Le plus intéressant dans le jeu de l'impossible dictorsion n'est sans doute pas l'annonce des résultats mais la lecture en temps réel des propositions et de voir comment celles-ci évoluent de l'une à l'autre, comment elles peuvent rebondir les unes sur les autres. C'est assez hypnotisant à vrai dire.

Cependant, un jeu se doit de se clôturer par le couronnement de ceux qui se sont distingués du lot. Cette session a donné lieu à 98 dictorsions pour 10 pseudonymes (je n'ose pas dire participants ;-).

Je décernerai tout d'abord une mention spéciale à Malaurie qui nous a proposé une nouvelle forme de distorsion dont j'aimerai à nouveau vous faire profiter :
"Oh ! nid, soie, quille, malle, hippe, anse...
sont les mamelles du désir !
au féminin :
Ah ! lit, pêche, mât, écrin, jument, poignée d'amour...

Ah ! Oh! Dans notre lit, nid d'amour, avec ta peau de pêche aussi douce que la soie, perchée sur ma quille comme au sommet d'un mât, tu m'offres ton écrin et je fouille en cette malle, monté sur ma hippe ô mobile, jument fougueuse, tu m'offres tes poignées d'amour, je tiens tes hanches telle une anse merveilleuse... Ah ! Oh !"

Joli, non ?

Mais il en va des dictorsions comme de la vie, tout est dans tout et réciproquement. J'aimerai que nous ayons une petite pensée pour Annie qui à force de distorsion restera debout pendant toute la durée de l'annonce des résultats… que voici :

Igor Gonzola :         Onasis, un mâle qui dépense.
Igor Gonzola :         Maudit soit qui manigance.
Igor Gonzola :         Aux Niçois la mâle Provence !
Igor Gonzola :         On remet ça, qu'est ce que t'en penses ?

Skal :                      Rôti soit qui boit de l'essence.
YanG :                    Aux p'tits soins, t'as mal, je panse

Ces 6 distorsions méritent le "comm en terre", la récompense virtuelle de l'impossible dictorsion.

Puisque toutes les bonnes choses ont une fin, prochaine et dernière session de l'impossible dictorsion vendredi prochain !
Repost 0
21 juillet 2007 6 21 /07 /juillet /2007 17:16
Il vous reste jusqu'à ce soir minuit pour participer au game 5 de "l'impossible dictorsion" => ICI.

Hon(n)i soit qui mal y pense

Les plus observateurs et assidus d'entre vous auront peut-être remarqué qu'au début du jeu, la phrase était "Honi soit qui mal y pense" (avec un "n") et que, suite à un mail de Skal, j'ai changé l'orthographe quelques heures plus tard en "Honni soit qui mal y pense", avec deux "n" cette fois.

Et là vous vous dîtes, "comment se fait-il que cet individu qui prétend vouloir revisiter le dictionnaire, certes à la sauce humoristique, n'ait qu'une notion approximative de l'orthographe d'un verbe aussi usuel que honnir qui, comme chacun le sait, veut dire désigner quelqu'un, quelque chose comme méprisable et condamnable en tant que transgressant une norme éthique ou une convenance ou s'y opposant ?" A ceci je répondrais que pour poser une telle question d'un seul tenant, vous devez avoir un fameux souffle et en raison de votre propension à l'apnée, je vous décerne les palmes macadémiques, et peut-être même le tuba.

C'est qu'à l'époque où cette phrase devient la devise de l'ordre de la Jarretière, au XIVème siècle, "honi" s'écrit avec un seul "n" que son origine provienne du verbe "hunir" qui signifie à l'époque "couvrir de honte publiquement, déshonorer" ou de l'allemand "haunjan" qui veut dire "humilier, abaisser".

Par contre, depuis, le verbe "honnir" s'écrit avec deux "n". Tout le monde avait donc raison et l'honneur est sauf !

Je précise toutefois à ceux qui ont à l'idée d'utiliser ce verbe qu'on ne dit pas "j'honnis…" mais "je honnis…".

Revenons aux origines de cette phrase, ma foi, forts savoureuses.

Selon ce site, c'est en 1347, au cours d'un bal que la Comtesse de Salisbury, maîtresse du roi d'Angleterre Edouard III, perdit lors d'une danse la jarretière bleue qui maintenait son bas. Edouard III s'empressa de la ramasser et de la lui rendre.

Devant les sourires entendus et railleurs de l'assemblée, le roi se serait écrié en français, alors langue officielle de la cour d'Angleterre : "Messieurs, honi soit qui mal y pense ! Ceux qui rient en ce moment seront un jour très honorés d'en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le rechercheront avec empressement."

Dès le lendemain, le roi aurait institué l'Ordre très noble de la Jarretière (the most noble Order of the Garter), ordre de chevalerie qui reste aujourd'hui encore un des ordres les plus prestigieux dans le monde. Son emblème est une jarretière bleue sur fond or, sur laquelle est inscrite la devise "Honi soit qui mal y pense".

Ayant pour grand maître le roi d'Angleterre, cet ordre rassemblait à l'origine 13 compagnons. En 1805, le nombre de membres fut étendu à 25, qui se réunissent chaque 23 avril, jour de la saint George, dans la chapelle Saint George du château de Windsor.

Si vous souhaitez connaître d'autres origines médiévales de phrases célèbres, je vous propose également une petite visite sur cette page.

Pour finir, il est intéressant de noter qu'à l'époque le roi d'Angleterre parlait français et n'hésitait pas à se prévaloir d'une devise en français alors qu'aujourd'hui, le nôtre fait du "jogging" ou du "footing" et refuse la sacro-sainte "interview" du 14 juillet, la fête qui a coupé court à la monarchie, vous savez ceux qui parlaient français !
Repost 0
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 05:28
"Honni soit qui mal y pense !"

C'est déjà la cinquième session de ce jeu carabinesque en diable.

Qui aura l'esprit rubikcubesque et le jeu de mot fécond ? Qui saura le mieux dictorsionner la phrase de la semaine ? Qui osera les plus belles envolées et les plus bas calembours (sans doute les meilleurs ;-) ? Qui adore les endives au gratin ? Nous le saurons dimanche après cloture du jeu samedi à 23H59.

A vos dictorsions !

PS : Explications et règles du jeu => ICI
Repost 0
15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 17:31
Il semblerait que parmi les 11 participants de cette session, se soit invité… un chanteur mort qui a dictorsionné selon son vécu en nous gratifiant de " Bon refrain vaut mieux que freins dorés", " Bonne choré(graphie) vaut mieux que chicorée" ou le très éloigné mais tellement savoureux " France Gall vaut mieux que France illégale". Qu'il soit remercié, là où il est, de sa nombriliste mais néanmoins excellente participation.

Voici le moment que vous attendez toutes et tous avec une impatience non feinte, celui des résultats du jeu qui ne ménage pas les méninges. Sur un total de 75 propositions, 6 se sont, selon le monojury, distinguées avec comme toujours une grande difficulté dans le choix final, le niveau atteignant une fois encore des sommets réjouissants :

Carabin :                      Bonne du curé vaut mieux que faire ceinture toute l'année.
Carabin :                      Bonne déshonorée devient enceinte humiliée.

Gold :                          Bonheur retrouvé vaut mieux que malheur espéré.
Gold :                          Beaux gros nénés valent mieux que planche à repasser.
Christophe fétat :    Bonne trompette de la renommée vaut mieux que se serrer la ceinture a dit Gustave Doré
Ladybird :                    Bonne monture vaut mieux que centaure usé

Ces 6 distorsions méritent le "comm en terre", la récompense virtuelle de l'impossible dictorsion.

Prochaine session de l'impossible dictorsion vendredi prochain !
Repost 0
14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 17:22
Il vous reste jusqu'à ce soir minuit pour participer au game 4 de "l'impossible dictorsion" => ICI.

Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée


La première fois que j'ai lu l'expression, c'était dans un livre qui m'a accompagné une partie de ma jeunesse et qui s'intitulait "Dis, pourquoi ?". Sorti dans le milieu des années 60 et depuis réédité un bon nombre de fois, ce livre était préfacé par Cécile Aubry sous un titre que ne manqueront pas d'apprécier les "grands enfants" que sont visiteurs réguliers de ce blog, "l'éloge de la curiosité". Si ce nom ne vous dit rien, je vous en propose d'autres : Belle et Sébastien, Poly, le jeune Fabre. Toutes ces séries télévisées sont issues de l'imagination et, sans doute, de la curiosité de Cécile Aubry.

Si je vous parle de ce livre, c'est qu'en furetant sur le net à la recherche d'informations pour vous parler de l'expression-jeu de la semaine, je suis tombé sur un site qui a repris intégralement le principe mais aussi les questions et la double réponse (la première pour les plus jeunes et la deuxième pour les autres) du "Dis, pourquoi ?" de mes jeunes années.

Je vous propose donc de vous plonger dans mon enfance en découvrant tel que j'ai pu le faire il y a quelques années la question qui se posait comme cela :

Pourquoi dit-on " bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée " ?

Au Moyen Âge, nobles dames et chevaliers portaient une ceinture dorée. Mais des personnes malhonnêtes mettaient aussi une ceinture dorée sans en avoir le droit. Il ne faut pas juger les gens sur leur apparence extérieure !


Au Moyen Âge, les dames de la noblesse et les chevaliers portaient, en signe distinctif de leur rang, une ceinture d'or. Mais des gens sans titre, et sans scrupules, s'adjugèrent le même droit. Aussi les gens du peuple transformèrent-ils le proverbe biblique « la bonne renommée vaut mieux que les grandes richesses, et l'estime a plus de prix que l'argent et l'or », et l'adaptèrent-ils à la situation de l'époque.

Merci à Tonton Georges d'avoir eu la bonne idée de créer le site http://tontongeorges.free.fr/ !
Repost 0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 05:11
"Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée."

La quatrième session du jeu le plus émulationnel qui soit est désormais ouverte. Profitez-en, un jeu qui commence un vendredi 13 ne peut que vous réussir !

Cloture des bureaux de torsion samedi à 23H59.

A vos dictorsions !

PS : Explications et règles du jeu => ICI
Repost 0
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 17:40
Pour un nombre de participants (10) plus restreint que les deux premières sessions de l'impossible dictorsion, il est à noter que le nombre de propositions quant à lui explose les plafonds avec un total de 179 dictorsions, soit presque trois fois plus que la semaine dernière. Il va être difficile à battre ce record là !

J'annonçais en début de jeu que le rouleau compresseur Carabin ne participait pas. Pourtant, il a été remplacé dans la quantité - ce qui n'exclue pas la qualité comme vous le constaterez un peu plus bas - par un mystérieux inconnu qui changeait de nom comme de gants aseptisés et que nous appellerons de son premier choix, Supermenteur. Bien que le détenteur originel de ce surnom soit depuis quelques semaines à la retraite, j'ai tout de suite balayé l'idée qu'il pouvait s'agir de lui. Mais alors… qui peu bien être ce mystérieux inconnu ??? Quoi qu'il en soit, à lui seul, il bat tous les records avec un total de 82 dictorsions. A noter la belle participation de Nymphéa, sans doute boostée par sa presque victoire de la semaine dernière et qui nous a offert un bouquet de 53 fleurs dictorsionnées.

Le "succès" aidant, les sponsors ont fait leur apparition avec "Qui a un bris de glace va chez Carglass" de Ladybird et "Qui veut des glaces va chez Hagen-Daas" de Supermenteur. Je prépare les factures ! ;-)

Et puis, allez, sans plus tergiverser, voici les 7 (je n'ai pas pu en trouver moins) meilleurs dictorsions selon un avis que je partage avec moi-même :

Christophe fétat :         Qui va à la chasse à l'homme perd sa place du mort.
Supermenteur :                Qui joue de la contrebasse peut jouer du bluegrass.
Supermenteur :                Qui va en Alsace risque sa place. (Francis Lalanne)
Supermenteur :                Qu'Yves ait la chiasse me tracasse.

Nymphéa :                     Qui perd son essuie glace, le mur embrasse.
Nymphéa :                     Qui va à Marseille se savonne la groseille.
Ladybird :                        Qui va à la messe, très vite à mal aux fesses.

Ces 7 distorsions méritent le "comm en terre", la récompense virtuelle de l'impossible dictorsion.

Prochaine session de l'impossible dictorsion vendredi prochain !
Repost 0