Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Impossible Dictionnaire, c'est aussi...

Le site officiel
www.impossible-dictionnaire.com

La page Facebook
www.facebook.com/impossible.dictionnaire

  amateur(s) de bons mots se félicitent, comme vous, d'être tombé(s) sur ce blog. Au total, ça fait quand même   visiteurs de bon goût.

Recherche

Vous Avez Raté...

14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 05:16
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 04:26
Une fois n'est pas coutume, j'ai piqué l'intégralité d'un article du site de L'Express, un article en forme d'hommage écrit par Jérôme Dupuis et Tristan Savin à l'occasion du triste anniversaire des 30 ans, aujourd'hui, de la mort du grand, de l'immense René Gosciny :

Trente ans après sa mort, le père d'Astérix, de Lucky Luke et du Petit Nicolas est plus présent que jamais. Portrait d'un créateur exceptionnel qui, de la BD au cinéma, continue de voler de succès en succès.


«A tout à l'heure, mon petit chat!» C'est sur ces mots tendres que René Goscinny quitte sa fille, Anne, 9 ans, ce matin du 5 novembre 1977. Le père d'Astérix a rendez-vous pour un banal test d'effort prescrit par son médecin. Vers 10 heures, son chauffeur le dépose à la Clinique internationale du parc Monceau, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Il est accompagné de son épouse, Gilberte. Le cardiologue place des électrodes sur son torse. «Maintenant, pédalez, monsieur...» Alors, René Goscinny pédale.

Après quelques instants, il lâche: «Docteur, j'ai mal au bras et je ressens une douleur à la poitrine... - Pédalez encore quinze secondes», répond le cardiologue.

Ces quinze secondes vont durer l'éternité. Le patient s'effondre soudain. Gilberte le prend dans ses bras. Il est mort. Arrêt cardiaque. Il est 10 h 30. René Goscinny avait 51 ans.

Trente ans jour pour jour après ce drame, jamais le roi René n'a semblé si présent dans nos vies. Le cap du demi-milliard (!) d'albums de Lucky Luke et d'Astérix vendus à travers le monde a été franchi; Goscinny peut aussi se targuer d'avoir attiré 14 millions et demi de spectateurs au cinéma avec Mission Cléopâtre, d'Alain Chabat, en attendant les sorties du dessin animé Tous à l'Ouest. Une aventure de Lucky Luke,le 5 décembre, d'Astérix aux Jeux olympiques, le 30 janvier 2008 - avec Depardieu, Delon et... Zidane - et, enfin, d'un Petit Nicolas, en 2009. Un Petit Nicolasdont, justement, deux volumes d'histoires inédites se sont écoulés à 1 million d'exemplaires ces trois dernières années. Et il est l'un des rares auteurs français du xxe siècle qui aura fait entrer autant d'expressions dans le langage courant: «l'homme qui tire plus vite que son ombre», «être calife à la place du calife», ou le gimmick de ce grand nigaud d'Averell: «Quand est-ce qu'on mange?». Commentaire de Pascal Ory, qui vient de lui consacrer une biographie, La Liberté d'en rire(Perrin): «Goscinny fut un artiste, un patron de presse, mais surtout un acteur majeur de la culture de masse.»

Pourtant, les débuts furent difficiles. Après une jeunesse à Buenos Aires dans une famille juive - certains verront dans le célèbre village gaulois une transposition de ces shtetEls d'Europe centrale, où une partie de sa famille fut parquée - il part, en 1945, tenter sa chance à New York comme... dessinateur. On l'oublie souvent, mais le plus célèbre scénariste du monde a essayé, dix ans durant, de s'imposer pinceau à la main, avec des séries oubliées comme Dick Dicks. La journée, le jeune René est comptable dans une fabrique de pneus; le soir, il fait la tournée des rédactions. Avec un succès tout relatif.

«Mais c'est qui, cet Astérix?» demande sa mère Le salut viendra de la Belgique. Et de l'écriture - «René Goscinny, écrivain», peut-on d'ailleurs lire sur sa tombe, à Nice. «Il a littéralement inventé le métier de scénariste de bande dessinée», affirme Pascal Ory. Jusqu'alors, la situation est ubuesque: Goscinny écrit neuf albums de Lucky Luke avant que son nom apparaisse - enfin! - sur la couverture. C'est Morris qui signe les contrats et touche les royalties, dont il reverse, en catimini, un tiers à son ami René... Avec Uderzo, un jeune dessinateur italien rencontré en 1951, et Jean-Michel Charlier, futur scénariste de Blueberry, Goscinny fonde alors Edifrance, une agence qui fournit des bandes dessinées clefs en main, rémunérant ses créateurs sous forme de droits d'auteur: 50% pour le dessinateur, 50% pour le scénariste. Le père d'Astérix n'aura pas à le regretter...

L'année 1959 est particulièrement faste. Le 29 mars paraît, dans Sud-Ouest Dimanche, le premier épisode des Aventures du Petit Nicolas (voir le témoignage de Sempé, page 102). En octobre, dans le n° 1 de Pilote, un petit Gaulois fait son apparition. «Tous les personnages, le petit guerrier, le livreur de menhirs, le chef, le barde et le druide ont été créés en deux heures, dans l'appartement d'Uderzo, à Bobigny», racontera Goscinny. Un jour, sa mère, qui, en bonne «mère juive», partage son appartement, lui demande: «Mais c'est qui, cet Astérix dont tout le monde parle?» Réponse du fils: «C'est celui qui nous permet de manger, maman.» En 1967, L'Express titrait: «Le phénomène Astérix». Découvrant cette Une, Hergé souffrira secrètement.

«Quand je rentrais de l'école, j'entendais le bruit de sa machine à écrire, mais j'avais interdiction absolue de pénétrer dans son bureau», se souvient sa fille, Anne. Toute sa vie durant, Goscinny tapera ses scénarios - sans la moindre rature - sur sa petite Royal Keystone. «Le rituel était toujours le même: la feuille blanche, le carbone et une feuille jaune, toujours dans cet ordre. Il les tapotait pour les mettre bien droites, souriant, comme s'il nouait sa serviette avant de se mettre à table», raconte son complice Pierre Tchernia, avec lequel il signera le film Le Viager. Posé sur la table, un réveil sonne pour lui indiquer qu'il doit changer de série: Astérixde 8 à 10 heures, Iznogoud, de 10 heures à midi, etc. A côté, sa mère tricote.

Le reste du temps, ce bourreau de travail dirige Pilote, le meilleur journal de bande dessinée au monde. C'est l'autre versant de sa postérité. Il lance en effet des inconnus qui deviendront des stars - Gotlib, Cabu, Bretécher, Tardi, Giraud, Fred, Reiser, Gébé - et publie les premiers dessins de futurs réalisateurs, comme Patrice Leconte ou Terry Gilliam (Brazil). Avec son inamovible look de notaire de province - costume trois pièces Lanvin, pochette - cet homme émotif et corseté règne joyeusement sur sa petite troupe turbulente.

Cassure brutale en mai 1968. Les dessinateurs ont des rêves d'autogestion. Goscinny est convoqué dans un café de la rue des Pyramides. «Ce fut un procès stalinien», regrette Mandryka, créateur du Concombre masqué. «Ils ont tué le père! Ce patron était fragile, car c'était un artiste», tonne Druillet, qui lança son Lone Sloanedans Pilote. Plus rien ne sera comme avant. Dès lors, Goscinny surjoue son personnage de grand bourgeois de la bande dessinée: Mercedes avec chauffeur, déjeuners à la Tour d'argent, dîners chics dans son appartement du XVIe arrondissement...

Il fut «producteur culturel» avant tout le monde Même s'il continue ses séries phares, il s'éloigne imperceptiblement du 9e art. Fasciné par Blanche Neigedès sa sortie, en 1938, «Walt» Goscinny crée, avec Uderzo, les studios de dessins animés Idéfix, dont sortira, notamment, La Ballade des Dalton.Avec son ami Pierre Tchernia, il se lance dans le cinéma. Il rencontre même Louis de Funès, auquel il songe pour interpréter Iznogoud ou Astérix. «Avant tout le monde, il est devenu un ''producteur culturel'', s'investissant aussi bien dans la presse que dans la radio ou le cinéma. Comme Michel Audiard, il serait sans doute passé un jour ou l'autre à la réalisation», imagine Pascal Ory.

Il n'en aura pas le temps. En 1976, son épouse apprend qu'elle est atteinte d'un cancer. «Mon père l'accompagnait systématiquement aux séances de chimiothérapie, raconte Anne. Puis ils rentraient et ma mère s'enfermait dans la salle de bains pour vomir. Mon père était devant la porte et pleurait.» Professionnellement, Goscinny chamboule tout. Estimant ne pas percevoir suffisamment de droits étrangers, il assigne son ami et éditeur Georges Dargaud en justice. Et demande même à «Bébert» Uderzo de poser ses pinceaux à la 37e planche d'Astérix chez les Belges, en attendant que les tribunaux tranchent!

«Tout cela a évidemment pesé sur son état de santé», confie son ami le pédiatre Julien Cohen-Solal, avec lequel il marchait tous les dimanches matin au bois de Boulogne. Cet écorché vif, qui fume Pall Mall sur Pall Mall, est d'abord rattrapé par une angine de poitrine. Puis ce sera le test d'effort, fatal. Imaginait-il que ses héros de papier allaient lui survivre et entrer dans les manuels scolaires? Après tout, Malraux lui avait glissé un jour: «Moi, j'ai écrit sur le mythe, mais vous, c'est beaucoup mieux, vous avez créé un mythe.»
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 18:39
Le petit bonus du jour est un petit bijou : le trailer - entendez la bande-annonce - de la deuxième partie du Livre V de Kamelott diffusée sur M6 le 05 novembre prochain.

A déguster sans modération !

  
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 18:32
Je vous propose en bonus aujourd'hui de découvrir cette vidéo de Pierre Desprosges que j'ai dégotté sur l'excellent blog des corrcteurs du monde, Langue sauce piquante

Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 17:08

Et que penser d'une page entière de sourires => ICI
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 17:09
Si j'avais été gaulois, c'est sans doute le nom que j'aurais porté. C'est la réflexion que je me suis faite en tombant sur un des articles du site www.topito.com, le blog des petits top.

J'aime bien les listes. Il y a quelques mois, je suis tombé en pamoison devant "Les miscellanées de Mr. Schott" dont je vous reparlerai sans doute plus en détails dans un prochain article. Mais cette fois, la liste qui m'a amené à m'imaginer avec un casque ailé, une petite gourde de potion magique à la ceinture est composée de "12 des personnages du village gaulois d'Asterix qui pourraient faire leur apparition dans les prochains albums". On y croise pêle-mêle :

Ipéfix : He oui même Asterix se met au gout de l'Internet et du monde des FAI.

Nicolasarkozix : Tout simplement parce qu'il est partout et Asterix faisant partie du patrimoine culturel français, il arrivera bien à s'y incruster d'une manière ou d'une autre.

Staracademix : Un petit jeune chanteur qui monte et provoque les foudres d'Assurancetourix qui sèment des pièges à chaque album pour se débarasser de ce dangereux concurrent.

La suite ICI.

Et vous, qui imagineriez-vous dans cette liste ?
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 17:01
Il est parfois des questions qu'on ne se posent pas et pour lesquels on aimerait avoir des réponses. C'est en tombant sur  Scoopeo m'informant que le site http://jesavaispas.free.fr faisant référence au forum des Joyeux Remue-Méninges - l'inévitable link-parcours de l'internaute - que cette question qui ne m'était jamais arrivée entre les deux oreilles m'a soudain donné l'envie d'en savoir plus.

Et par les joies magiques du copier/coller, en voici la réponse :

Pendant la guerre de Cent ans (116 ans en fait de 1337 à 1453) opposant l’Angleterre et la France, les Français avaient l’habitude de couper l’index et le majeur des archers anglais fait prisonniers pour qu’ils ne puissent plus être archers.

Avant une bataille, les deux armées se faisant face, les archers Anglais avaient l’habitude d’exhiber leur index et leur majeur pour provoquer les Français et les inviter à venir les leur couper !

Aujourd’hui, si le doigt d’honneur anglais est encore fait avec ces 2 doigts en Angleterre, seul le majeur est resté dans ce geste de défiance en France.

Etonnant, non ?
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 10:01
Voilà comment  est décrit Keepon par le site vieartificielle.com.

Ce petit robot qui ressemble à un titi sans bec a été créé par Hideki Kojima dans le cadre d'une étude sur les capacités d'interaction "humaine" des robots.

C'est sur un morceau du groupe Spoon que Marek Michalowski a montré sur le net la vidéo que vous pourrez découvrir ci dessous, une vidéo qui a connu un succès immédiat. C'est qu'il est craquant avec ses petits déhanchés... sans hanches !

Mais l'histoire ne s'arrête pas là puique non seulement Spoon a décidé de faire de Keepon la star de son dernier clip mais, ensemble, il seront en concert lors du WiredNextFest, le salon organisé à Los Angeles par le magazine américain Wired, en septembre prochain !

Je vous ai déjà dit que j'aimais bien le mélange des genres ? ;-)

Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 17:25
La fourmi

Une fourmi de dix-huit mètres,
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

Une fourmi traînant un char,
Plein de pingouins et de canards,
Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

Une fourmi  parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ça n'existe pas, ça n'existe pas.

Eh ! Pourquoi pas ?

Robert Desnos (Chantefables et Chantefleurs)
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 17:34
Mon dernier livre de chevet ne date pas de ce siècle. Je sens bien qu'un jour il va falloir que je commence à lire contemporain et pourtant, systématiquement, toutes mes dernières lectures m'ont porté inéxorablement vers un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, un temps peuplé d'auteurs tels que Jules Verne que j'ai découvert littérairement parlant (drôle d'expression ;-) - et non redécouvert à ma grande honte - tout récemment, Raymond Queneau, Georges Perec, Alexandre Vialatte ou encore Pierre Dac dont je commence actuellement la lecture du roman "Les Pédicures de l'âme". 

A la question "Mais qu'est-ce donc que c'est que donc que ce titre ?", la quatrième de couverture répond avec la voix de l'auteur :

"Si j'ai choisi d'adopter Les Pédicures de l'âme comme titre à ce présent roman, c'est que, à mon avis conforme à mon opinion et réciproquement, il correspond à une nécessaire et suffisante philosophie hygiénique et morale. Car, me suis-je dit comme ça, avant d'en entreprendre l'écriture, si on pédicure les pieds, c'est pour les maintenir en bon état. Alors pourquoi ne procèderait-on pas de façon identique et de manière semblable pour les âmes ?"

Et de continuer son explication :

"J'ai donc emprunté ce que je considère comme étant la voie de la vérité pour me lancer dans un récit aussi légendaire que fabuleux, et inversement, dont le personnage central et le héros principal n'est autre que le grand voyageur..."

A vous, si cela vous tente, de découvrir la suite, et réciproquement !
Repost 0
Published by Almaterra - dans Oh j'aime bien...
commenter cet article